George Tombs igloo-building in Gjoa Haven, Nunavut, while filming The Blinding Sea

Jan Langlo, director of the Norwegian Film Institute: “In 2019, the feature film Amundsen came out, and considering the lax handling of facts in this heroic epic, it is especially refreshing to discover such a thorough documentary as The Blinding Sea by George Tombs.
In this film, Tombs goes to extreme lengths to get close to the man who conquered the South Pole, the Northwest Passage and maybe even the North Pole – at least he was the first man (along with Oscar Wisting) to visit both poles. Tombs, like Amundsen, spent time with the Netsilik population near Gjoa Haven (Gjøahavn), where Amundsen acquired important knowledge about survival under Arctic conditions and the use of dogs as a means of transport. Tombs also takes us on board a tall ship bound for Antarctica, across the Arctic, and meets up with descendants of people Amundsen had relationships with. He does all this to bring us closer to the person Roald Engelbregt Gravning Amundsen really was.
The Blinding Sea has picked up a number of awards in different festivals. Now, in collaboration with George Tombs and the Canadian Embassy in Oslo, Cinemateket can present the film for the first time in Norway.
George Tombs is a Canadian historian with a strong interest in communication, who is famous for his lecture series and podcasts, and now also as a documentary filmmaker. The film The Blinding Sea grew out of extensive research he did for his forthcoming biography of Roald Amundsen, a literary work focusing particularly on the health challenges faced by polar explorers of that era.

Sir Muir Gray, a leading proponent of Evidence-Based Medicine, former director of the UK National Screening Committee and the National Library for Health, Professor of Surgery at Oxford University: In making this fascinating evidence-based film, George takes a refreshing new look at polar exploration. The Blinding Sea depicts Roald Amundsen and other explorers of his era in terms of their access, or lack of access, to scientific knowledge. Amundsen studied the tacit experience-based knowledge of Canadian Inuit, who had an oral culture. The film shows Amundsen then applied the Inuit way of avoiding disease, distress and starvation to his own South Pole expedition. Other explorers of his era suffered harrowing, avoidable death because they didn’t seek out this knowledge.

Liliane Bois-Simon, Centre for Canadian Studies, Université Grenoble-Alpes: This film by George Tombs takes us step by step along the winding road, full of hesitations, errors and discoveries, of the great adventurers of the extreme. George speaks directly to us, from experience: he knows the Far North and the Southern Ocean first-hand. Splendid photography and a mesmerizing soundtrack. A film to treasure and watch again and again. A true life lesson!

Catherine Bédard, Commissioner of Exhibitions and Deputy-Director of the Canadian Cultural Centre, Paris : “What a colossal job you have taken on, and what an incredible adventure. The challenges you faced were complex and far exceeded what a ‘normal’ film made under ‘normal’ conditions would have required. It is already an incredible achievement for you to have sailed on seas explored by Amundsen and other great figures of his era, without ever claiming to feel what they may have felt. But your film is something else again: you define the essence of the extreme documentary film, and you do this by means of exhaustive research into archives and life stories, and your own first-hand familiarity with the physical space of the polar regions. Not only did I learn a lot – I also experienced powerful emotions when watching this film, which makes us reflect about the very idea of scale.”

Baron Bernard de Gerlache, the grandson of Antarctic explorer Adrien de Gerlache: “I really enjoyed this film by George Tombs. With each compelling minute of the narrative, I didn’t notice the passage of time at all. The Blinding Sea focuses on the facts, motivations and actions in the lives of all these great explorers of the Far South and Far North, without ever judging them at a personal level. George avoids sensationalism for commercial gain. This luminous film has a purity to it, enhanced by the ancestral and oral wisdom of the Inuit, rooted in their experience of life and the present moment.

Nelson Graburn, Professor Emeritus in Sociocultural Anthropology at University of California, Berkeley, and an authority on Inuit:The Blinding Sea is a beautiful, surprising, thought-provoking film, packed with information. The film investigates the challenges and psychology of Arctic and Antarctic exploration a century and more ago, focusing particularly on how essential Canadian Inuit knowledge and insights were to Roald Amundsen’s expeditions.”

Professor R. B. Singh, Secretary General, International Geographical Union, Department of Geography, University of Delhi: “This film offers many insights into Roald Amundsen’s life; the sharing of knowledge between cultures; the role of Aboriginals in polar exploration; evidence-based nutrition, health and management; and the art of biography. Thanks, George Tombs, for this great work!”,

Mary Simon, former president of the Inuit Circumpolar Conference and Inuit Tapiriit Kanatami, and former Canadian Ambassador for Circumpolar Affairs (she made these comments before being named Governor General of Canada):
“My interest in The Blinding Sea, and the reason why I am pleased to offer comments, is because through this film and your work, George, you have documented some vital elements in Inuit history and our relationship with some of the early explorers, especially Roald Amundsen, clearly the most successful Arctic and Antarctic explorer.
“This film is important. The Blinding Sea credits Inuit with much of Amundsen’s success.
“It documents his early preparations for lengthy and dangerous Arctic exploration by learning lessons from other explorers and accepting their advice and observations – that those who worked with the Inuit, who befriended them, who earned their trust and sought and followed their guidance and direction – survived.
“And he also learned and accepted that those who ignored the Inuit often perished….

Damien Iquallaq, great-great-grandson of Koleok: “No wonder George Tombs called his doc The Blinding Sea. I am in this film along with my late uncle Bob Konana and my uncle Paul Ikuallaq. Good to see my uncles in the film, Bob and Paul, talking about Inuit oral history while Paul translated for Konana. George has taken Inuit oral history and introduced it to the rest of the world in this film, and it will be recorded for generations to come. Thank you, George Tombs. This was an amazing accomplishment for Canadian and Inuit cultural history.

Paul Ikuallaq, grandson of Koleok: “Well, George, it took you a lot of time to finish this film. Making a film is bit like seal-hunting through a breathing hole in the ice. It takes a lot of patience.

Peter Agre, co-winner of the Nobel Prize in Chemistry in 2003 for discoveries of water channels and aquaporins – he is also a white water canoe enthusiast: As a Norwegian-American, I grew up hearing about Roald Amundsen and his mentor Fridtjof Nansen. While bringing to this film an appreciation for Amundsen’s courage, humility and simplicity, George also demonstrates his own love of Nature and his rigorous attention to historical and scientific detail, without losing the viewer’s interest. But above all, through interviews with key people involved in the story, The Blinding Sea reveals the great respect Amundsen had for the polar peoples – the Inuit of Arctic Canada, the Iñupiat of the Alaska North Slope, and also the Chukchi of northeastern Siberia.

Jana Velo, cultural coordinator at the Sons of Norway: “The Blinding Sea – a gorgeous documentary about Roald Amundsen’s life, loves and legacy.”

Wade Davis, Professor of Anthropology, University of British Columbia, and author of Into the Silence: The Great War, Mallory and the Conquest of Everest: “I love this film and especially appreciate the way George stresses Amundsen’s interest in learning from the Inuit. The Blinding Sea certainly deserves to be seen and celebrated.

Ces mêmes commentaires, en français :

Jan Langlo, directeur de l’Institut norvégien du cinéma: “En 2019, le long métrage norvégien Amundsen est sorti – compte tenu du traitement laxiste des faits dans cette épopée héroïque, il est particulièrement rafraîchissant de découvrir un documentaire aussi rigoureux que The Blinding Sea de George Tombs.
En effet, Tombs se donne beaucoup de mal pour se rapprocher de Roald Amundsen, qui a conquis le pôle Sud, le passage du Nord-Ouest et peut-être même le pôle Nord – c’était en tous les cas le premier homme (avec Oscar Wisting) à atteindre les deux pôles. Tombs, comme Amundsen, a passé du temps auprès de la population Netsilik près de Gjoa Haven (Gjøahavn), où Amundsen a acquis des connaissances importantes sur la survie dans des conditions arctiques ainsi que sur l’utilisation de chiens comme moyen de transport. Tombs nous emmène également à bord d’un grand voilier jusqu’en Antarctique, à travers l’Arctique et chez les descendants des personnes avec lesquelles Amundsen avait tissé des relations. Il fait tout cela pour nous rapprocher de l’homme qu’était réellement Roald Engelbregt Gravning Amundsen.
Jusqu’à présent, The Blinding Sea a remporté de multiples prix dans différents festivals de cinéma. En collaboration avec George Tombs et l’Ambassade du Canada, Cinemateket peut désormais présenter le film pour la première fois en Norvège.
“George Tombs est un historien canadien qui s’intéresse vivement à la communication et est célèbre pour sa série de conférences, ses podcasts, et maintenant aussi en tant que réalisateur de documentaires. Le film The Blinding Sea est né d’une recherche approfondie qu’il a effectuée pour sa prochaine biographie de Roald Amundsen, œuvre littéraire qui traite notamment des problèmes de santé auxquels étaient confrontés les explorateurs polaires de l’époque.

Sir Muir Gray, l’un des principaux promoteurs de la médecine fondée sur les données probantes, ancien directeur du Comité national de dépistage au Royaume-Uni et de la Bibliothèque nationale pour la santé, Professeur de chirurgie à l’Université d’Oxford : « En réalisant ce film fascinant fondé sur des données probantes, George jette un regard neuf et rafraîchissant sur l’exploration polaire. The Blinding Sea dépeint Roald Amundsen et les autres explorateurs de son époque en fonction de leur accès, ou de leur manque d’accès, aux connaissances scientifiques. Amundsen a étudié les connaissances tacites basées sur l’expérience des Inuits canadiens, qui avaient une culture orale. Le film montre qu’Amundsen a ensuite appliqué les méthodes inuites, élaborées par ces derniers de manière à éviter la maladie, la détresse et la famine, lors de sa propre expédition au pôle Sud. D’autres explorateurs de son époque ont connu une mort douloureuse et évitable parce qu’ils n’ont pas cherché à acquérir ces mêmes connaissances. »

Liliane Bois-Simon, Centre d’Études Canadiennes, Université Grenoble-Alpes : « Le film de George Tombs nous conduit pas à pas à travers les méandres, les hésitations, les erreurs et les découvertes de ceux qui furent les grands aventuriers de l’extrême. George nous parle en connaisseur : il s’est lui-même confronté à l’expérience du Grand Nord et des mers australes. Les images sont splendides et la bande-son envoûtante. Un film à voir et à revoir, une véritable leçon de vie ! »

Catherine Bédard, Commissaire aux expositions et directrice adjointe du Centre culturel canadien, Paris : « Quel travail colossal et quelle aventure incroyable. Les enjeux auxquels vous deviez face étaient multiples autant que démesurés par rapport à un film ‘normal’ fait dans des conditions ‘normales’. Découvrir que vous avez voulu aller aussi loin en traversant les mers traversées par Amundsen et autres grandes figures de son temps, sans jamais prétendre ressentir ce qu’ils auraient ressenti, est déjà un accomplissement formidable. Mais votre film constitue, en plus, une recherche approfondie de documentation et de témoignages qui, alliée à votre expédition physique, définit autrement ce que peut être un film documentaire de l’extrême. J’ai donc non seulement appris beaucoup mais j’ai vécu de grandes émotions en voyant ce film qui nous fait réfléchir à la notion même de mesure ».

Le baron Bernard de Gerlache, petit-fils de l’explorateur antarctique Adrien de Gerlache : « J’ai beaucoup apprécié ce film de George Tombs tant et si bien qu’on ne sent pas les minutes qui passent … et pourtant il y en a ! Ce qui est remarquable aussi c’est que The Blinding Sea s’attache aux faits, motivations et gestes de tous ces grands explorateurs du Grand Sud et du Grand Nord sans jamais les juger à titre personnel et en évitant le sensationnalisme commercial. C’est ce qui fait la pureté de ce film illuminé aussi par la sagesse ancestrale et orale des Inuits construite sur l’expérience de la vie et du présent  ».

Nelson Graburn, Professeur émérite d’anthropologie socioculturelle à l’Université de Californie, Berkeley, et autorité en matière d’Inuits : « The Blinding Sea est un film magnifique, surprenant, regorgeant d’informations et qui donne à réfléchir. Ce film étudie les défis et la psychologie de l’exploration de l’Arctique et de l’Antarctique il y a un siècle ou plus, en se concentrant particulièrement sur la façon dont les connaissances et les idées des Inuits canadiens furent essentielles aux expéditions menées par Roald Amundsen ».

Le professeur R. B. Singh, secrétaire général de l’Union géographique internationale, Département de géographie, Université de Delhi : « Ce film offre de nombreux aperçus sur la vie de Roald Amundsen : le partage des connaissances entre les cultures ; le rôle des autochtones dans l’exploration polaire ; la nutrition, la santé et la gestion fondées sur des données probantes ; et l’art de la biographie. Merci, George Tombs, d’avoir fait ce travail exceptionnel »!

Mary Simon, ancienne présidente de la Conférence circumpolaire inuite et de l’Inuit Tapiriit Kanatami, et ancienne ambassadrice canadienne aux affaires circumpolaires (elle a fait ces commentaires avant sa nomination en tant que gouverneure générale du Canada) :
« Voici la raison pour laquelle je suis heureuse d’offrir ces commentaires sur
The Blinding Sea : à travers ce film et votre travail, George, vous avez documenté des éléments essentiels de l’histoire des Inuits et de notre relation avec certains des premiers explorateurs, en particulier Roald Amundsen, qui fut manifestement l’explorateur arctique et antarctique ayant connu la plus grande réussite.
« Ce film est important.
The Blinding Sea attribue aux Inuits une grande partie du succès d’Amundsen.
« Il démontre qu’Amundsen apprit une leçon importante des conseils et directives formulés par certains autres explorateurs de l’Arctique, à savoir que ceux qui consultaient les Inuits, qui travaillaient étroitement avec eux, qui se liaient d’amitié avec eux, en gagnant leur confiance, avaient toutes les chances de survivre.
« Amundsen apprit et accepta également que ceux qui ignoraient les Inuits périssaient souvent…. »

Damien Iquallaq, arrière-arrière petit-fils de Koleok: « Il n’est pas étonnant que George Tombs ait appelé son documentaire The Blinding Sea. Je figure dans ce film aux côtés de mon défunt oncle Bob Konana et de mon oncle Paul Ikuallaq. C’est bon de voir mes oncles Bob et Paul parler dans le film de l’histoire orale inuite pendant que Paul traduit pour Konana. George a pris l’histoire orale inuite et l’a présentée au reste du monde dans ce film, et elle restera désormais accessible pour les générations à venir. Merci, George Tombs. Il s’agit d’un accomplissement extraordinaire pour l’histoire culturelle canadienne et inuite ».

Paul Ikuallaq, petit-fils de Koleok: “Eh bien, George, il vous a fallu beaucoup de temps pour terminer ce film. Faire un film, c’est un peu comme chasser le phoque par un trou de respiration dans la glace. Il faut beaucoup de patience."

Peter Agre, co-lauréat du prix Nobel de Chimie en 2003 pour des découvertes concernant les canaux des membranes cellulaires et pour la découverte des aquaporines – c’est également un passionné de canoë en eaux vives : « En tant qu’Américain d’origine norvégienne, j’ai grandi en entendant parler de Roald Amundsen et de son mentor Fridtjof Nansen. En apportant à ce film son appréciation du courage, de l’humilité et de la simplicité d’Amundsen, George affirme également son propre amour de la Nature, et fait preuve de rigueur sur le plan des détails historiques et scientifiques, tout en tenant les spectateurs en haleine. Mais surtout, grâce à des entretiens avec des personnes clés impliquées dans l’histoire, The Blinding Sea révèle le grand respect que portait Amundsen envers les peuples polaires – les Inuits de l’Arctique canadien, les Iñupiat du versant nord de l’Alaska, ainsi que les Tchouktches du nord-est de la Sibérie ».

Jana Velo, coordinatrice culturelle chez les Sons of Norway : « The Blinding Sea – un magnifique documentaire sur la vie, les amours et l’héritage de Roald Amundsen ».

Wade Davis, Professeur d’anthropologie, Université de la Colombie-Britannique, et auteur de Les Soldats de l’Everest : Mallory, la Grande Guerre et la conquête de l’Himalaya : « J’adore ce film. J’apprécie particulièrement la façon dont George met l’accent sur Amundsen et l’intérêt qu’il portait pour l’apprentissage auprès des Inuits. The Blinding Sea mérite certainement d’être vu et célébré ».